blogging à propos de musique

Les 11 meilleurs albums de tous les temps selon jess & la machine humide

La crême de la crême, les plus grands albums de musique, ceux qui ont marqué ma vie, ont été fondateurs. Certains m’ont fait découvrir des émotions que je connaissais pas, des styles encore insoupçonnés de moi. Ils sont à mon sens l’essence de ce que tout musicien, ou tout amateur de musique, doit connaître.

J’aimerais ajouter que mes découvertes musicales sont toujours la conséquence d’une rencontre, la plupart du temps amicale !

Alors bien entendu, il n’y en a que 11, ce qui représente un grain de poussière par rapport à tous ceux que j’aimerais présenter. Mais entre cette sélection, et mes playlists, vous devriez pouvoir découvrir pas mal d’albums, en attendant le prochain article sur le sujet ? Si vous êtes intéressés, vous pouvez l’exprimer en me laissant un commentaire en bas d’article.

Pas de classement particulier.

I – Jean Michel Jarre – Equinoxe

 

Je commence aujourd’hui par un album fondateur : Equinoxe de Jean Michel Jarre, sorti en 1978, il me semble.

Ma première écoute de cet album date de ma tendre enfance, peut être 4 ou 5 ans (en 1979/80 donc).

J’ai toujours l’album vinyle 33 tours de mes parents. Peut être que je lui doit mon goût pour les jours de pluie, et la musique électronique.

Il débute par le son du ressac de la mer sur la plage, on y entend la pluie tomber, au sein d’un écrin d’ambiances sonores électroniques planantes, un peu mélancoliques, très rythmées.

Je me souviens de longs moments de mon enfance passés à ne rien faire d’autre qu’écouter, ressentir, et imaginer des mondes lointains.

Rien qu’en regardant la pochette, je pars déjà. Quand je l’écoute, l’émotion me submerge, j’en ai encore les larmes aux yeux.

II – Genesis – Nursery Crime

 

Je fais aujourd’hui un bon dans le temps, autant par l’époque où je l’ai découvert, que sa date de sortie : 1971, j’ai nommé l’immense, l’extraordinaire, le merveilleux “Nursery Crime” de Genesis.

A cette époque bénie où Phil Collins faisait ce qu’il sait faire de mieux : jouer de la batterie dans un groupe de rock progressif (plutôt que chanter dans un groupe de pop, c’est à dire ce qu’est devenu Genesis dans les années 80).

A cette époque, on avait Peter Gabriel au chant, tout de même !

Donc, première écoute aux entournures d’un 19/20 ans, à l’époque où je passais l’essentiel de mon temps à écouter et faire de la musique dans le groupe de rock emblématique de la jeunesse du musicien

(Moi c’était le groupe Degoreland https://www.facebook.com/degorelandmarseille/).

Retour sur l’album : entre rock, jazz , et doux lyrisme, des ambiances sombres, presque religieuses pour certaines, avec des envolées grandioses.

Je pense que cet album, qui marque le renouveau de Genesis (déjà ), est très important dans l’histoire de la musique moderne par l’influence énorme qu’elle a eu sur des gens comme Steven Wilson par exemple, et de manière générale sur la pop, et le rock progressif que nous connaissons aujourd’hui.

(PS : désolé pour l’état de la pochette, elle a subit un orage putain dégouté)

III – Nick Cave – Murder Ballads

   

J’avais 21 ans lorsque la voix de crooner envoutante et légèrement fausse (mais juste bien sûr, c’est une question de timbre) de Nick Cave m’a enveloppé pour la première fois.

Une grande claque, où je me retrouvais dans un bayou perdu et humide, au fin fond de l’Amérique profonde vivant les histoires glauques de quelques tueurs en série ayant existé pour la plupart (ou faisant partie de l’imaginaire américain).

De leur point de vue, pourquoi, quelle profonde blessure les a poussé, quelle inclination maladive de leur personnalité, quelles circonstances les ont poussés.

Comme il s’agit de Nick Cave, avec grâce et émotion, et de cette voix qui vous fait comprendre que tout ira bien.

Les “Bad Seeds“, le groupe qui accompagnent le crooner, oscillent entre théâtre bluesy et lyrisme pop qui grince, et les collaborations sont grandiose : Kylie Minogue (dans le rôle de la suave victime), PJ Harvey (la femme éconduite), et d’autres sur le dernier morceau.

L’un des meilleurs albums de tous les temps.

IV – Metallica – Ride The Lightning

   

Ride the Lightning de Metallica, sorti en 1984.

RIP Cliff Burton, leur bassiste, 2 ans plus tard. mort dans un accident de leur bus de tournée, snif.  Un classique, du coup, je ne vais pas non plus m’éterniser.

En matière de speed-metal les gars de Metallica savent ce qu’ils font.

Moi, cet album, écouté pour la première fois en 1990/91 m’a collé au mur. J’avais 16 ou 17 ans.

Un mélange d’ambiances un peu classiques avec un gros son saturé mais extrêmement précis (quelle production!)

Un batteur qui fait du binaire sur des morceaux ternaires (mais on s’en fout, ça tape quand même)

quatre morceaux d’anthologie, les 2 derniers de chaque face de la cassette (parce qu’évidemment, j’écoutais ça sur mon walkman en allant au lycée)

For whom the bell tolls” et son suivant “Fade to Black” (le “slow” de l’album)

sur l’autre face : “Creeping Death” (qui compte l’histoire de la mort rampante du mythe du Dieu chrétien qui tue les premiers nés)

The call of Ktulu“, en référence à l’écrivain fantastique E.P. Lovecraft, un long morceau mélodique et progressif ponctué de sublime solos de guitare.

Et je l’écoute encore régulièrement, mais sur youtube parce que j’ai plus de walkman…

V – Porcupine Tree – Fear of a Blank Planet

   

On atteint la moitié de l’exercice, déjà ! Je vois venir déjà que je n’aurais pas assez de 11 pour lister ce que la musique a pu m’apporter.

Il n’y a que la musique, et dans une moindre mesure, le cinéma (certainement parce qu’il est aussi musical) qui me touche autant.

J’en viens maintenant à : “Fear of blank Planet” de Porcupine Tree, sorti en 2007.

Je l’ai découvert pour la première fois en 2008, sur un CD que m’a passé un ami de l’époque. On travaillait ensemble dans un service de support téléphonique… La looze quoi.

Je ne l’ai pas aimé du tout à la première écoute ! Il m’a fallut un peu de temps pour habituer mes oreilles à ce groupe si particulier (30 ans d’existence tout de même!).

C’est devenu aujourd’hui un pilier de ma discothèque.

Un album qui va du métal à la pop, avec d’intenses moments psychédéliques, d’autres très lyriques, certains plus électro.

Des compos très typées rock progressif, toujours virtuoses.

Je retiendrais deux acteurs majeurs du groupe : le compositeur Steven Wilson, maintenant bien connu pour la finesse des ses compos et son toucher de gratte exceptionnellement créatif (connu surtout aux States, où il continue une carrière solo en s’entourant des meilleurs musiciens du moment).

Le deuxième, le batteur : Gavin Harrisson, considéré maintenant comme l’un des meilleurs batteurs du monde, est extrêmement précis, tranchant même, capable d’un simple coup de changer toute l’ambiance du morceau, enchaînant des éléments rythmiques tous parfaitement placés, autant techniquement que dans l’esprit du morceau. En plus il est sympa et partage sa passion avec plaisir.

En bref, cet album est à écouter absolument, avec attention et ouverture d’esprit, parce que ça fuse dans tous les sens !

Pour découvrir les 6 derniers titres de ma sélection, me montrer votre soutien, et avoir accès à de nombreux contenus exclusifs de la zone membres, veuillez vous enregistrer ci dessous. C’est tellement de travail pour moi de réaliser tous ces articles sur mon temps libre !

On continue ?

Mais sinon, et si vous êtes d’accord, je vais continuer.

Je me suis pris au jeu, ça m’oblige à un peu dépoussiérer quelques vinyles, ressortir quelques CD, chercher quelques infos sur wikipedia, me replonger dans ma mémoire à la recherche d’anecdotes…

Qu’en pensez vous, je continue ?

Interview Zickpot

mon logo sur zikpot
je copie son contenu (merci au cache de google) ici, car le blog de ZikPot est HS. A noter que mon profil myspace n’existe plus, et que vous pourrez retrouver cette interview à cette adresse lorsque le blog sera rouvert : http://blog.zikpot.fr/?2011/07/19/1756-interview-de-oan3 Continue reading

en cours de création de clips vidéos

Mein göt, comment réaliser de super vidéos musicales gratuitement ?

J’ai essayé avec iMovie, c’est bien pour incruster une image, si elle est de bonne qualité, ça peut aller, on peut faire quelque transitions, incruster des titres, et c’est très facile d’utilisation … sans jamais avoir fait de vidéos avant, j’ai fait une vidéo en 2h, mais ça va pas très loin.

L’idéal serait d’utiliser Adobe After Effects, mais ce logiciel coûte cher et demande beaucoup de temps pour apprendre son fonctionnement.

Il faut donc trouver un équivalent, gratuit et/ou open source si possible, et qui fonctionne sur MAC OS X ou linux ubuntu, car je travaille sur ces machines là.

J’ai trouvé ça :

Continue reading